N’hésitez pas à poser des questions : conseil d’une chercheuse qui a essayé quelque chose de nouveau

Anne Smith Ph.D. est une chercheuse à l’emploi du Centre de recherche et de développement de Lethbridge, un établissement d’Agriculture et Agroalimentaire Canada en Alberta. Elle se spécialise dans l’utilisation des applications de la technologie de télédétection en agriculture.

Quel aspect de votre domaine de travail surprendrait le plus les gens?

Il y a notamment la disponibilité de données de télédétection provenant de capteurs terrestres, aériens et spatiaux et la façon de développer et d’utiliser ces données pour découvrir l’interaction et l’influence entre l’environnement et l’agriculture. Par exemple, j’ai utilisé des données de télédétection pour estimer la couverture terrestre dans les prairies mixtes du Sud de l’Alberta, distinguer les mauvaises herbes et les cultures et examiner les variations dans les réactions des cultures à la sécheresse. Les outils de télédétection me permettent d’examiner de vastes zones géographiques et de surveiller les variations temporelles et spatiales. Cela améliore notre compréhension des changements dans notre environnement et peut nous aider à planifier des mesures de gestion ou de conservation pour la durabilité des écosystèmes.

Qu’est-ce qui vous a amenée à faire carrière dans ce domaine?

Ma formation officielle a trait à la physiologie des herbicides, c’est-à-dire la façon dont ils fonctionnent. J’ai été appelée à travailler dans le domaine de la télédétection lorsque mon conjoint a déménagé à Lethbridge et que je cherchais un emploi. J’ai commencé à travailler avec David Major (Ph. D.) dans ce domaine et, comme on dit, le reste est passé à l’histoire. C’était une occasion rêvée, au moment où le Canada investissait massivement dans la technologie radar pour étudier l’utilisation des terres et la couverture terrestre.

Quel est le moment le plus mémorable de votre carrière?

Il y a eu de nombreux mémorables et il est difficile d’en choisir un. De façon générale, ils sont liés aux personnes formidables que j’ai rencontrées, aux endroits que j’ai visités et à la créativité des gens.

Que pouvons-nous faire pour appuyer les femmes en sciences?

Je me rappelle qu’il y avait très peu de femmes parmi les délégués à l’une des premières réunions scientifiques auxquelles j’ai participé. Le nombre de femmes dans le domaine de la recherche a augmenté considérablement au cours de ma carrière. Il est très important d’agir de façon proactive quand vous parlez de votre carrière et exercez le rôle de mentor.

Quel conseil donneriez-vous aux jeunes qui aspirent à une carrière en sciences?

N’hésitez pas à faire des expériences et à poser des questions. Si un aspect quelconque de la science suscite votre intérêt, déterminez à quelles personnes en parler, prenez rendez-vous avec elles ou, mieux encore, passez une journée à faire du jumelage aux fins de formation. Trouvez un aspect scientifique qui vous intéresse et que vous aimez.

Quels sont vos passe-temps et ont-ils une influence sur votre travail?

Je pratique le curling en hiver et le golf en été, et je passe des heures à regarder ma fille jouer au basketball. Ces activités me permettent de relaxer et de refaire le plein d’énergie pour travailler plus efficacement.

Quels progrès espérez-vous voir dans votre domaine au cours des 10 prochaines années?

L’utilisation de données de télédétection pour répondre aux questions, non seulement en agriculture mais aussi dans de nombreux autres domaines, augmente vu que l’importance de l’information spatiale est reconnue. Pour répondre aux besoins, il faut plus de personnes qui ont une formation en traitement et en analyse des données de télédétection, mais qui comprennent les systèmes biologiques de façon à pouvoir créer des produits d’information pour les utilisateurs finaux. Je souhaite que nous soyons plus attentifs aux besoins et aux désirs des utilisateurs finaux et que nous travaillions à rebours pour déterminer comment nous pouvons répondre à leurs demandes en tant que spécialistes de la télédétection. Bien qu’il y ait une multitude de données disponibles, un producteur a demandé récemment pourquoi nous n’avions pas accompli plus de progrès dans ce domaine. Nous disposons d’un certain nombre de systèmes multispectraux qui fournissent davantage de réponses en augmentant le volume de l’information temporelle.

Date de modification :